Togo

Description du pays

Capitale : Lomé (1,7 million d'habitants en 2012) Carte Togo
Superficie : 56 785 km²
Population : 7,3 millions d'habitants (en 2014)
Peuples et ethnies : une cinquantaine d'ethnies dont les Ewe, Ouatchi, Gen, Kabiyè, Tem, Bétammaribé, Moba-Gurma et Tchamba
Langues : français (officielle), éwé et kabiyè (langues nationales) et environ 40 langues africaines dont le mina, le watchi, le tem, le moba, le naoudem et le lama
Religion : animisme (50%), catholicisme (26%), islam (15%) et protestantisme (9%)
Institution politique : république
Président : Faure Gnassingbé (élu président pour la 1re fois en 2005, puis réélu en 2010 et 2015)

Le Togo, en forme longue République togolaise, est un pays situé en Afrique de l'Ouest. Ce dernier est entouré par le Ghana à l'ouest, par le Burkina Faso au nord, par le Bénin à l'est et par le Golfe de Guinée au sud.

Le Togo est l'un des plus petits pays d'Afrique. Néanmoins, ce dernier possède une diversité de paysages rarement égalée. Dans le sud du pays s'étend une côte de sable fin et de cocotiers. Au nord, on retrouve des plaines arides et d'importantes savanes de baobabs tandis que le centre du pays est couvert de collines, de vallées et de petites montagnes. L'érosion y est très importante : en six ans, l'eau a avancé de 140 m. L'altitude maximale est le mont Agou qui culmine à 986 mètres. Le climat du Togo est de type tropical.

Le Togo tire son nom de Togodo (ce qui signifie originellement ville "au-delà du fleuve" en langue éwé et non ville "au-delà de la rivière", erreur couramment commise) aujourd'hui Togoville, une ville coloniale germanique, première capitale du pays qui est située à l'est de la capitale Lomé.

De 1884 à 1914, le Togo fut sous protectorat allemand. En 1914, lorsque la France et le Royaume-Uni s'opposèrent à l'Allemagne et que cette dernière perdit, le Togo se retrouva partagé entre les deux vainqueurs. Ce fut seulement en 1960 que le Togo acquis son indépendance. À ce moment-là, Sylvanus Olympio devint le premier président togolais. À partir de là se sont succédés différents présidents dont Gnassingbé Eyadema, qui a présidé durant 38 ans. Présentement, Faure Gnassingbé est en charge du pays. Cependant, ces différentes élections n'ont pas toujours été bien perçues par la population et la scène internationale. Plusieurs estiment même qu'il y aurait eu des tricheries lors des élections. Plusieurs manifestations de mécontentement ont éclaté dans le pays, engendrant de nombreux morts et créant un flux migratoire vers le Bénin et le Ghana, pays frontaliers du Togo. Faure Gnassingbé fut toutefois réélu en avril 2015 dans un contexte d'élections libres et justes.

L'économie togolaise est principalement basée sur la culture vivrière, qui représente l'activité de 65 % des travailleurs. Le reste de la main-d'œuvre (30 %) vit de la culture du cacao, du café, du coton mais surtout des mines de phosphates qui sont vitales au pays. Le Togo est d'ailleurs le cinquième producteur mondial de phosphates. À l'instar de nombreux pays africains (Sénégal, Île Maurice, Namibie), le Togo s'est doté d'une zone franche dès la fin des années 1980. Ainsi, dans cette zone sont implantés des sociétés pharmaceutiques, des fabricants d'huiles végétales, des assembleurs informatiques, des distributeurs de produits cosmétiques, des prothésistes dentaires ou des entreprises de transport routier. Le Togo possède également un atout non négligeable : son port! Il est le seul en eau profonde de sa région. C'est une zone de commerce qui continue sans cesse de se développer et qui a l'avantage de pouvoir profiter à d'autres pays tels que le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

La population en milieu urbain correspondait à 38% du total de la population en 2011. Les jeunes représentent près de la moitié de la population, la tranche d'âge 0 à 14 ans correspondant à 40,7% de la population totale. Quant à lui, le taux d'alphabétisation est de 60,9%. À la rentrée scolaire 2008-2009, la gratuité de la scolarisation fut offerte pour les élèves des écoles pré-scolaires et primaires publiques. Au niveau de l'éducation primaire, le taux net de scolarisation de 94% en 2011 est l'un des meilleurs de la sous-région Ouest Africaine.

- 

État de la situation des jeunes en contexte de rue au Togo

Selon des estimations récentes, environ 12 % des enfants togolais vivant à la campagne quittent leur foyer pour rechercher un emploi. Dans la plupart des cas, ils seront utilisés comme « esclaves » modernes dans des villes éloignées au Togo ou à l'étranger. Selon l'organisation « Plan Togo », trois principaux types de traite d'enfants ont été mis en évidence : la traite des filles pour le travail ménager ou autre au Gabon, Bénin, Nigeria et Niger ; la traite des filles à l'intérieur du Togo, principalement vers la capitale Lomé ; la traite des garçons pour le travail agricole au Nigeria, Bénin et Côte d'Ivoire. D'après une enquête qu'ils ont menée auprès de 400 enfants victimes de la traite, 295 étaient des filles. Celles-ci sont donc trois fois plus touchées que les garçons.

Au Togo, comme dans de nombreux pays, des centaines d'enfants des villages migrent vers les grandes villes pour trouver un peu de fortune et de confort. Ils se retrouvent cependant souvent en situation de vulnérabilité face à la précarité, à l'absence de soins, de nourriture, de toit, de loisirs, d'éducation et sont exposés à toutes les formes de violences.

« Terre des hommes » travaille depuis 2005 en faveur des enfants "en mobilité": migrant depuis les campagnes pour trouver un travail dans la capitale du pays, Lomé. En 2011, la délégation a réalisé une enquête auprès de 1208 enfants du Grand Marché de Lomé, principal lieu de travail des enfants. 75% d'entre eux travaillent à temps complet comme vendeurs ambulants, exploités plusieurs heures par jour pour de maigres récompenses. La moitié a moins de 14 ans et n'est pas scolarisée. Les trois quarts de ces plus jeunes ne vivent pas avec leurs parents: un sur quatre vit dans la rue, dans l'enceinte du Grand Marché ou sous des abris, et est donc exposé à des conditions d'extrême vulnérabilité. Les autres, qui logent dans des maisons, sont pour la plupart engagés comme domestiques au sein de leur "foyer" d'accueil, et cumulent donc leur travail au Grand Marché, avec un travail diurne ménager.

La situation des enfants des rues n'est pas fondamentalement différente du reste du monde. Ce sont des enfants orphelins, réfugiés, chassés de leur maison, fugueurs, etc. Certains vivent avec leur famille entière dans la rue tandis que d'autres vivent seuls ou en bande. En vivant dans la rue, ces enfants n'ont pas accès à l'éducation ou aux soins, ne se nourrissent pas convenablement, subissent des violences, se sentent rejetés, exclus par la société.

Au Togo, et plus particulièrement dans la capitale, on observe l'existence d'enfants portefaix. Ces derniers ont pour travail de porter des bagages sur leur dos. Leur rémunération est fonction du poids du bagage et de la distance parcourue. Les enfants portefaix sont de plus en plus nombreux à Lomé et, la nuit venue, ces jeunes n'ont généralement d'autre choix que de dormir dans la rue.

Bien que le nombre d'enfants vivant dans les rues soit difficile à cerner à cause de l'absence de données fiables et la faiblesse de la documentation, le phénomène des enfants de la rue a pris de l'ampleur au fil des années. Selon des estimations du Bureau International du Travail (BIT), il y aurait plus de 5 000 enfants dans les rues au Togo.

 

Pour de plus amples informations sur la situation des jeunes de la rue au Togo, nous vous suggérons les lectures suivantes :